Illustration AStoKo

Enseignement

» Traduction du texte Lesson, original par Elizabeth Vongvisith
(publié dans The Jotunbok: Working with the Giants of the Northern Tradition, par Raven Kaldera, Asphodel Press, 2007)
Traduction et adaptation réalisée par Caitlín Morrigan Darkmoon et Sarah L.

Merci de tenir compte de la notice ajoutée en fin de texte.

On m’appelle l’Artisan du Mensonge et je vais jouer avec ta dévotion (…) et avec tes hypothèses erronées comme si elles étaient mes jouets, jusqu’à ce que tu sois capable de les ôter de ma portée ou de les détruire entièrement. Je t’enseignerai que la vérité n’est qu’une question de perspective et qu’il n’y a aucune invention ni aucun mensonge qui vaille de te compromettre. Je te ferai comprendre la vraie nature du monde, en commençant par ton propre cœur, ton esprit, et ton âme. Sinon, rien de tout ce que je pourrai te dire, vrai ou faux, n’aura de signification.

Je n’attends rien de moins que tu te comprennes toi-même entièrement, quelque soit ce que tu choisis de montrer ou de dire aux autres. Si tu ne peux voir clairement ta vraie nature, tu ne pourras mentir sans t’emmêler dans tes propres pièges et ton honnêteté n’aura aucune valeur quand le temps viendra d’être franc. Sans la connaissance de soi, tu ne seras pas capable d’adopter les manières ou l’apparence d’un autre sans atténuer la flamme de ta propre essence, et tu ne réaliseras jamais que ces choses ne sont que des masques qu’on met ou qu’on retire à volonté ou selon ses caprices, plutôt que par habitude ou par faiblesse. S’il y a une seule personne dans les Neuf Mondes à qui tu ne dois jamais mentir, que cette personne soit toi-même.

Je peux t’apprendre à couvrir tes traces et dissimuler ta destination mais je ne peux te le montrer que si tu ne viens d’abord à moi totalement dépouillé de toute la flatterie, de tous les abus, de toutes les illusions et fantasmes avec lesquels tu t’es protégé de ta vraie nature. Il n’y a aucun moyen de t’enseigner comment distordre la vérité si ton existence entière est déjà un mensonge. Tu n’apprendras pas comment gommer la frontière entre mensonge et réalité si tu ne sais pas avec certitude de quel côté de la frontière tu te trouves. Et je ne serais pas doux quand il sera temps pour toi de découvrir tout cela.

Je déchirerai les voiles de mensonge qui sont devant tes yeux et je te ferai voir ces parties de ton être dont tu as peur ou dont tu as honte. Je tiendrai un miroir qui te montrera, dans les moindres détails, la vraie forme de tes faiblesses et de tes forces. Je te dirai toutes les choses que tu n’as jamais osé t’avouer à toi-même, et te les ferai répéter après moi. Je réduirai en cendres chaque once d’arrogance, d’auto-indulgence et de déni de ton âme, sans égard pour la douleur occasionnée. Tu pourras me maudire, tu pourras même me détester, mais tu ne seras pas autorisé à me dire non. Et j’attendrai patiemment – oh oui, je peux être patient – que tu comprennes, aussi, que tu dois t’accepter tel que tu es avant de pouvoir te changer, ou changer l’esprit des autres, ou le monde. J’ai fait tout cela, et je parle par expérience.

Je pourrai même te montrer la réalité que tu rejettes, que tu fasses des efforts ou pas. Je l’ai fait lorsque cela m’a coûté ce qui m’était le plus cher, lorsque ceux que je tenais pour amis et famille se sont retournés contre moi et ont crié que j’étais désavoué parce qu’ils ne voulaient pas VOIR. Je l’ai fait en sachant parfaitement qu’agir autrement aurait vraiment fait de moi le menteur que l’on m’accusait d’être. J’ai été plus honnête dans ma tromperie que beaucoup ne l’ont été dans ce qu’ils considèrent comme une complète honnêteté, parce que peu importe à quel point je mens aux autres, je ne me mens pas à moi-même et je ne t’autoriserai pas à continuer de te mentir à toi-même tant que nous serons liés.

J’ai été autre que ce que je paraissais être, et j’ai paru autre que ce que je suis. J’ai dit la vérité comme si c’était un mensonge, et menti avec tant de conviction que cela a été pris comme la vérité. Je peux éblouir et cacher, flatter et omettre, mais il n’y a pas d’œillères devant mes yeux, pas de jolis mots sans substance dans mes oreilles. Je sais pourquoi j’ai agi comme j’ai agi et parlé comme j’ai parlé, même si j’ai pris grand soin à ne jamais divulguer ces raisons. En faisant cela, j’ai accepté les punitions au même titre que les récompenses, la douleur au même titre que les satisfactions. Et je n’exigerai de toi rien de plus que ce que j’ai accepté d’endurer. Sinon, tu n’iras pas très loin et je m’esclafferais lorsque le rideau se lèvera alors que ton costume ne sera qu’à moitié enfilé.

NOTICE IMPORTANTE: Loki, dominateur toxique ?

Image AStoKo

Publicités

Une réflexion sur “Enseignement

  1. Pingback: Parcours spirituel – tomte et kitsune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s