Illustration Marjoleinthewitch

Poèmes

Le banni d’Asgard

D’Asgard, j’ai quitté la terre,
Adieu mon pays, adieu ma patrie,
Banni je suis, famille je n’ai plus,
amis m’ont reniés, mon nom est maudit.
Siècles après siècles,il rime avec infamie.
On me craint, on me blâme,
sans jamais sonder le fond de mon âme.

D’Asgard, j’ai quitté la terre,
Adieu père, adieu mère,
colère, déception,jugement et désillusion,
amour, amitié, les portes sont fermées.
Perdue la confiance de mes frères.
Esprit vagabond, je suis devenu.
Malheur à moi, cœur corrompu.

D’Asgard, j’ai quitté la terre,
J’ ai trahi, père, mère,frères,
amis, vous me jetez la pierre.
Perfide amante à l’âme dissolue,
tu m’as ensorcelé, j’en suis convaincu.
De notre royaume, je t’ai ouvert les portes,
Magicienne, sur mon amour ta volonté l’emporte.

D’Asgard, j’ai quitté la terre,
Fourbe est devenu mon surnom.
Au delà du pont, on me nomme démon.
Rage est en moi, cruelle armure,
doublement blessé,tranchante parjure.
Aimé devait être ma félicité,
Haï sera ma destinée.

D’Asgard, j’ai quitté la terre,
mortel, tu crois me connaître ;
tu pries en moi le dieu malin,
le goupil rusé, le bel enflammé.
Dualité trouble, fière illusion,
au fond de moi pleurent le fils,
le frère, l’ami, l’amant aussi.

D’Asgard, j’ai retrouvé la terre,
je reviens mon pays, je reviens ma patrie.
Fils aimé, je suis revenu,
frère pardonné, on m’a reconnu,
ami gracié, ils m’ont répondu.
Tant de siècles passés,aucun ne m’a oublié,
Mortel effronté, pour toi, nul ne peut s ‘amender…

Niele, Août 2014

Je te reconnais

Comment n’avais-je pas vu?
Tu étais là depuis le début

Les reflets roux dans mes cheveux noirs
Si souvent loués par ma mère

La couleuvre se laissant caresser sur mes genoux
Si souvent conté par ma mère

Cette fascination pour le feu
Et la couleur rouge

Cet amour pour les louves et les loups
Cette complicité avec les animaux

Cette tendance à toujours penser à côté
A alterner euphories et dysphories

Cette identification aux méchant.e.s des histoires
Monstres, Jokers ou vilain.e.s androgynes

Le voyage entre tant de mondes
Et toutes ces transgressions

Cette nécessité d’ouvrir le plus de possibles
Nous rapprochant dangereusement du chaos

Cette tendance à voire et dire les vérités
Jugée comme tromperie ou arrogance

Histoires entrecoupées d’injustices, rejets et trahisons
Entre passions déçues et envies de destruction

Toutes ces tentatives pour nous faire taire
Et nous empêcher de rire aux éclats

Et toutes ces choses, et toutes ces injustices
Et qui se répètent, sans cesse
Et que nous essayons de changer

Pardon, je n’avais pas vu
Tu étais là depuis le début

Maintenant je comprend :
Je te reconnais et te souris,
Loki

Lo

Image Marjoleinthewitch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s